Imprimer

Homosexualité, mariage et parentalité. NON-Rappel Assemblée Sénat 2007

Publié dans position_societe

 Mariage homosexuel et homoparentalité 

Le positionnement des AFP n'a pas changé !

 Assemblée Sénat 2007  

Associations Familiales Protestantes

- Non - 

1. Dans la logique du relativisme sexuel, conjugal et familial actuel, admettre le « droit à l’enfant » consiste à reconnaître un droit sur un être humain. Paradoxe des paradoxes, cette exaspération des « droits à » survint alors que l’affaire d’Outreau révèle l’effondrement d’un droit autrement fondateur, celui de la défense avec la présomption d’innocence.

Parce qu’il menace outre l’enfant, le bonheur et l’équilibre de tous : personnes, groupes, et société, cet ultime « droit à » peut moins que jamais être présenté comme une affaire privée ouverte au seul libre choix de chacun sous prétexte d’égalité.

 Compte tenu de l’expérience acquise lors de l’affaire du PACS, il paraît donc raisonnable d’exiger un moratoire et de reporter tout débat sur cet aspect de la question homosexuelle au delà des échéances électorales de 2007 .

 2. En l’absence d’études reconnues fiables par la communauté scientifique internationale, l’enfant doit bénéficier du principe de précaution au même titre que, par exemple, la production, la consommation, l’habitat ou la santé. Le fait que d’autres pays entrent en « expérimentation » doit être considéré comme l’occasion d’attendre sans risques excessifs des résultats vérifiables hors de France, soit l’espace d’une génération : 25 ans.

 3. Dans la mesure ou la revendication actuelle est trés majoritairement d’origine masculine, un point fondamental mérite une recherche juridique, sociologique et psychologique des plus approfondies: le statut de la mère et de son rapport durable à l’enfant homoparentalisable et/ou homoparentalisé..

 4. Examinant le projet de loi sur l’homophobie, la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme a tranché que l’opposition au mariage   homosexuel était une opinion et comme telle non susceptible de poursuites judiciaire. Les dérèglements d’ associations » professionnelles de l’action civile donnent tout son prix à cet avis.

Les AFP invitent donc leur président -nommé membre de la CNCDH par arrêté du Premier Ministre en date du 20 novembre 2005 - à donner la plus grande publicité à leur opposition absolue et unanime au mariage homosexuel comme à sa conséquence  programmée en son temps par les initiateur du PACS: l’homoparentalité.