Imprimer

Sondage AFP/IFOP d'Initiative populaire

Publié dans Dossier complet IFOP AFP 2012

 XVème COLLOQUE BIENNAL DE FONTEVRAUD

12/14 OCTOBRE 2012

 

Thème du colloque

Les Associations Familiales Protestantes

Une fabrique de confiance dans un protestantisme rassemblé ?

 

SONDAGE AFP ( IFOP)

Un sondage d’initiative populaire

PROTESTANTS PRATIQUANTS EN 2012

Effectifs, engagements

Représentativité 

Parce qu’il émane d’un mouvement de bénévoles issus de multiples églises, ce sondage s’inscrit dans la logique du projet d’Etats Généraux du Protestantisme conçu lors du premier Colloque de Fontevraud en 1984  et porté par Jacques Ellul lors de la commémoration de la Révocation en octobre 1985.

La commande d’un sondage d’opinion est souvent le fait de « décideurs »  ou de « chercheurs » qu’il s’agisse de média, de collectivités publiques, d’institutions ecclésiales, de centres de recherche et d’enseignement, ou encore de sociétés commerciales, elle est très rarement une initiative associative.

Les Associations Familiales Protestantes soucieuses de vérifier si leur projet associatif est « en phase » avec les réalités du Protestantisme français et de la société globale ont pris le parti de commander un sondage sur la seule fraction pratiquante du protestantisme soit 600.000 pratiquants selon l’IFOP 2010. Le souci d’efficacité impose en effet comme préalable à l’action de bien connaître sa différence utile en sorte de fonder son projet sur ses atouts spécifiques pour y concentrer ses moyens.

La nouvelle question politique posée à tous les partenaires sociaux notamment associatifs et syndicaux bénéficiaires de dépense publique est celle de leur exacte représentativité dans un contexte marqué par le corporatisme, l’étatisme, la défiance et le pessimisme. Concernant les syndicats, le refus parlementaire Gauche et Droite confondues de publier le rapport Perruchot a constitué une première sous la République. Concernant la représentativité de l‘UNAF, la question de la Cour des Comptes posée en 2003 puis en 2006 reste à ce jour sans réponse.

Cette démarche constitue un défi pour plusieurs raisons :

- Elle correspond à un investissement d’importance, à la mesure du retour que l’on est en droit d’en attendre, mais sans excéder 10% des réserves du mouvement.

- Elle a pour ambition de nourrir une réflexion en profondeur à partir du constat d’une réalité sociologique et notamment des nouveaux visages du protestantisme engagé.

- Elle doit aider les Associations Familiales Protestantes à apporter leur différence utile de religion familiale, associative et «  laïque », héritière du message institutionnel de la Réforme soit selon Michelet la « république réformée » et la démocratie religieuse.

- Les résultats de ce sondage permettront à ceux qui le souhaitent de s’interroger notamment sur les questions suivantes :

• Dans la France de 2012, le protestantisme représente-t-il une religion de mémoire ou   d’espoir, de commémorations ou de projets ?

• Est-il un levain, ou une micro société sclérosée vouée au déclin et à la disparition ?

• Correspond-il à une novation évangélique accidentelle ou à un héritage retrouvé de la Réforme avec sa vocation à toujours se réformer ? 

Enfin ce sondage s’inscrit dans la suite logique du sondage réalisé par l‘IFOP en 2010 à la demande de la Fédération Protestante de France souhaitant justifier une nouvelle répartition des suffrages et des contributions financières en son sein. Membres de la Fédération Protestante de France ( FPF) et envisageant leur adhésion au Conseil National des Evangéliques de France ( CNEF) les AFP sont concernées par les questions liées de représentativité, bénévolat et salariat, cotisations et droits de votes, structures et procédures de coopération. 

ANNEXES 

Annexe I : Leçons du sondage FPF 2010.

Annexe II : Motivations des AFP.

Annexe III : Controverse FPF. J.C. Batty -CNEF. D. Liechti.

Annexe IV : « Définir, dénombrer, chiffrer, évaluer ». . Origines intellectuelles du sondage AFP. 1979, 1984, 2009.