Imprimer

LA NÉCESSITÉ DU SAVOIR par Michèle TRIBALAT

Publié dans CONTRIBUTION de Michèle Tibalat

LA NÉCESSITÉ DU SAVOIR

 Association des familles protestantes

FONTEVRAUD 1-3 OCTOBRE 2010

 

Le système de la démocratie, fondé « sur la libre détermination des grands choix par la majorité, se condamne lui-même à mort si les citoyens qui effectuent ces choix se prononcent presque tous dans l’ignorance des réalités, l’aveuglement d’une passion ou l’illusion d’une impression passagère. »

connaissance inutile, Jean-François Revel 

Les moyens de connaissance n’ont jamais été aussi développés. On pourrait donc s’imaginer que nous sommes plus éclairés que ne l’étaient nos ancêtres. Rien n’est moins sûr. C’était déjà l’objet du livre de Jean-François Revel à la fin des années 1980. Ce qui a changé c’est le motif de la défectuosité de la connaissance : hier c’était plutôt l’ignorance, aujourd’hui c’est le mensonge.

Si le mensonge est la condition de survie des systèmes totalitaires, il sied mal à la démocratie. Et pourtant le mensonge y prolifère aussi.

Contrairement aux régimes totalitaires, en démocratie, les décisions ne sont pas dans les mains d’une petite minorité qui peut enfumer à volonté la société, mais s’expriment par le principe majoritaire. Ce qui nécessite des citoyens et des représentants éclairés sur la réalité.

En démocratie, on limite trop souvent l’information au pluralisme des opinions, sans insister sur l’importance de la vérité et de la connaissance. Même si les deux sont liés, j’y reviendrai.

Voir tout le document Télécharger le PDF