NOTE de PREPARATION :

 

SONDAGE IFOP.

ORIGINES INTELLECTUELLES.

BIBLIOGRAPHIE .

REFORME DES STATUTS.


PPK 10 septembre 2012

 

I
EXPLOITATION DU SONDAGE IFOP
A Fontevraud. Samedi 13 Octobre 14 h 30

" Etre protestant ? Qu'est-ce que cela implique ?"........................

La CGT .... la FNSEA........ l'UNAF ......... l' UIMM...... Combien de divisions ?

 
Jérôme Fourquet, Directeur adjoint IFOP département Opinion publique exposera les résultats du sondage effectiué sur commande des AFP.
 
L’annonce de ce sondage d' "initiative populaire" dans le monde des institutions habituées à régner sur cette technique de manipulation de la " Com " suscite intérêt et inquiétudes .
 
Nombre de ces organisations nommées tour à tour, « Corps intermédiaires », «Partenaires sociaux » ou, pourquoi pas ? « Corporations » savent que l’effondrement de leurs effectifs militants affecte leur représentativité et leur crédibilité auprès des pouvoirs publics et des medias, notamment lorsqu’il s’agit de leurs comptes. Ils persistent néanmoins à refuser à toute procédure de transparence fondée sur la séparation des pouvoirs et intérêts entre contrôleur et contrôlé ( Syndicats de salariés comme d‘employeurs ; grandes coordinations d’employeurs associatifs, économie sociale, CPCA, Ligue de l’enseignement, UNIOPSS, etc .....) Les rapports parlementaires sans suite se succèdent ainsi du rapport Morange sur les associations en 2008 et du rapport Perruchot en 2012 sur les syndicats et organisations professionnelles.
 
Chacun connaît l’état de syndicats qui, avec 8% des salariés - dont majorité de fonctionnaires - déshonore le syndicalisme français. Moins connu le cas de l’UNAF qui revendique la représentation de toutes les familles de France avec 5 % des familles dont 40% d’usagers. Comble du ridicule le cas du malheureux ISLAM qualifié par experts et médias de « Seconde religion de France 6/7 millions de musulmans » pour finir avec 300 000 «pratiquants ». La République municipale va- t-elle construire des mosquées vides ?
 
Au sein du protestantisme suite au sondage IFOP de 2010 et aux commentaires des sociologues officiels : MM. FATH et WILLAIME circule la plaisanterie suivante : «Moins on pratique.... mieux on représente» ! .
 
Sortir de l’opacité est devenu l’une des priorités des AFP depuis 2009 qu sein du protestantisme comme de la société; le sondage IFOP a été conçu comme un progrès dans cette direction, progrès qui pourrait faire école hors protestantisme. Il y aurait alors un marché pour l’IFOP ou toute procédure crédible de transparence fondée sur une certification indépendante .
 
L’objectif premier du sondage AFP 2012 est de dessiner le portait robot des 600 000 protestants pratiquants dénombrés par l’IFOP en 2010 pour les distinguer d’abord du reste du protestantisme et ensuite de l’ensemble des français. Les AFP sont disposées à dépenser plus pour obtenir le chiffrage e plus précis possible.
 
L’objectif second est de situer ces pratiquants par rapport au débat français tel que bouleversé par l’étrange élection de 2012 . ( CF Marc Bloch l"Etrange Défaite. 1940 )
 
 
REFERENCES INTELLECTUELLES & CULTURELLES DE LA DEMARCHE DES AFP
 
"Transparence et Participation. Gouvernance et Certification"
 
•Associations Familiales Protestantes. http://www.afp-federation.org/
•Gouvernance et Certification. http://www.gouvernance1901.com/
•Observatoire Bénévole des Réalités Associatives Locales( ISERE) http://obral.viabloga.com
 
 
Alexis de Tocqueville. « De la Démocratie en Amérique » 1835 .
<< La morale et l’intelligence d’un peuple démocratique ne courraient pas de moindres dangers que son négoce et son industrie si le gouvernement venait y prendre partout la place des associations >>.
 
Philipe Seguin Président de l’Assemblée Nationale. 1995. ( Préface au livre « Associations lucratives sans but ». http://www.ppkaltenbach.org/
 
«Voici pourquoi la bataille engagée par Pierre-Patrick Kaltenbach pour redonner sens et dignité au phénomène associatif est un combat stratégique, un combat central et vital pour l’avenir de la République. Pierre-Patrick Kaltenbach nous invite à cette nouvelle nuit du 4 Août avec l'acuité de jugement, l'indépendance d'esprit et le style incisif qui sont la marque du magistrat des Comptes qu'il est. Sachons tous, quelles que soient les fonctions que nous occupons, méditer l'avertissement qu'il nous adresse et relever le défi qu'il nous lance ».
 
Nicolas Sarkozy Président de la République. Bicentenaire de la Cour de Comptes le 5 Novembre 2007.
 
<< Notre Etat a besoin d’une révolution intellectuelle et morale. La révolution intellectuelle pour moi c’est celle de la certification qui oblige à la transparence et la sincérité des comptes, et c’est celle de l’évaluation qui oblige chacun à se soucier des conséquences de ce qu’il décide et des résultats de ce qu’il entreprend. Je vous invite, Monsieur le Premier président, à engager une réflexion collective sur ce que pourraient être les pouvoirs, les moyens et l’organisation nécessaires pour que ce grand organisme d’audit public dont la France a besoin puisse voir le jour. Je souhaite que vous me fassiez part du résultat de vos réflexions dans un délai de trois mois >>.
 
EZRA SOULEIMAN
 
Un Ezra Suleiman apporte sa contribution à cette analyse:
» Schyzophrénies françaises ». Grasset.Septembre 2008
« Le mépris des comptes - pour la culture, pour la protection sociale, pour l’éducation, pour tous ses services publics - est face aujourd’hui à son moment de vérité et de réalité. La politique, c’est « qui obtient quoi, quand et comment ? ». La France est devenue une société de lobbies comme toute société démocratique, mais avec une différence fondamentale. Les lobbies les plus puissants défendent leurs intérêts en invoquant l’intérêt général, les grands principes, la République, bref la morale. En réalité, L’évaluation est inacceptable dans de nombreuses institutions parce qu’elle est susceptible de mettre en danger les acquis Or la démocratie et la modernité imposent l’évaluation objective des compétences et des résultats » .
 
Yann Algan et Pierre Cahuc.
<<La société de défiance. Comment le modèle social français s’autodétruit>>. Editions Rue d’Ulm. ( CEPREMAP) Octobre 2007
<< Le modèle social français ? Un mélange de corporatisme et d’étatisme nourrit un mélange de défiance et d’incivisme. La voie privilégiée pour le réformer consisterait à favoriser la participation à des activités associative. Mais cette voix est limitée par des interventions publiques qui transforment les associations en collecteurs de subventions…favorisent la corruption et la suspicion. >>.
 
Louis Chauvel « Les classes moyennes à la dérive ».
Seuil Octobre 2006
«Essai sur les nouvelles classes moyennes ».
Catherine Bidou. PUF 1984
 
<< A l'opposé des autres pays, la France reste marquée par de classes moyennes dont le rapport au politique en comparaison avec leur rapport à l'ordre économique est une caractéristique centrale, prédominante: surtout à la mesure du mouvement de 1968 et de leur conquête politique en 1981, les classes moyennes intermédiaires ont eu relativement le dessus par rapport aux classes moyennes supérieures.
 
« Une participation exceptionnelle au tissus associatif et une propension à prendre le pouvoir localement en colonisant systématiquement la société civile dans les domaines éducatifs, culturels, voir dans la décision politique par voie élective. Les aspirations des classes moyennes quoique démesurées relativement à leur importance trouvent un épanouissement plus que proportionnel dans les réalités sociales ».
 
III
BIBLIOGRAPHIE
 
Yann Algan et Pierre Cahuc.
« La société de défiance. Comment le modèle social français s’autodétruit. » Editions Rue d’Ulm 2007.
Yann Algan, Pierre Cahuc André Zylberberg .
« La fabrique de la défiance ? et comment s’en sortir ? » Albin Michel. Févier 2012.
Nicolas Bouzou.
« Le chagrin de Classes moyennes ». JC. Lattes. Janvier 2011
Pierre Cahuc. Yann Algan.André Zylberberg
« La machine à trier : Comment la France divise sa jeunesse ». Ed Eyrolle Octobre 2011
Louis Chauvel.
« Classes moyennes à la dérive » . Le Seuil Octobre 2006
Benjamin Dormann
FONDAPOL .Enquête sur la France des classes moyennes. IFOP. Octobre 2010.
Thomas Frank. Préface Serge Halimi. ALGONE Janvier 2008.
« Pourquoi les pauvres votent à droite ? «
Dominique Goux. Eric Maurin.
« Les nouvelles classes moyennes » République des idées. Janvier 2012
Christophe Guilly.
« Fractures françaises » Octobre 2010. François Bourin.
Gilles Lipovetski.
« Le crépuscule du devoir, » Gallimard, Paris, 10 novembre 1992
« Le bonheur paradoxal. Essai sur la société d’hyper consommation ». Gallimard Mai 2007.
Christian Saint Etienne :
»L’incohérence française » Grasset. Décembre 2011
Ezra Suleiman,
« Schyzophrénies françaises ». Grasset. Septembre 2008
Bernard Stiegler. « Réenchanter le monde. La valeur esprit contre le populisme industriel ». « La télécratie contre la démocratie ».Octobre 2008 Flammarion.
Michèle Tribalat « Les yeux grands fermés. L’immigration en France » .Denoël. Mars 2010
 
 
NOTE aux AFP
Le 28 juin 2012
 
Assemblées extraordinaire et ordinaire du 13 octobre 2012
 
OBJET
 
REFORME des STATUTS NATIONAUX
 
Réuni le 18 juin 2012, le Conseil d’Administration a mis une touche finale au toilettage des statuts que lui proposait maître Jean Hugues Carbonnier en charge de ce dossier depuis 1990.
 
Le Conseil a adopté ce projet à l’unanimité et me prie de le soumettre à la ratification de l’Assemblée générale Extraordinaire du 13 octobre à Fontevraud.
 
Ce texte couronne quatre années de travaux juridiques qui – tenant compte de l’arrivée de nombreuses AFP – débouche désormais sur une construction cohérente qui comporte :
 
•La Charte des AFP adoptée en 1998 par l’Assemblée de Plan de Baix.
•Les dispositions statutaires locales élaborées au cours des années 2007 – 2010 agrées par l’UNAF.
•La Convention adoptée par l’Assemblée du 17 juin 2011.
 
Cette réalisation présente un double paradoxe :
 
- Nous avons commencé par les fondations, les statuts des associations locales et nous finissons par la charpente, les statuts nationaux.
- Du coup, si les associations nouvelles sont « en règle », les anciennes vont devoir déclarer si elles acceptent la nouvelle construction.
Si vous avez des objections, il vous est demandé de les faire connaître par écrit avant le 1° Septembre en sorte d’organiser le débat.